C'est toujours une étape importante que celle de prendre pleinement conscience que nous ne sommes pas les seuls créateurs au sein de notre monde ;

a propos de Dieu 2

que des lois et des principes supérieurs n'attendent pas notre bonne volonté pour maintenir l'équilibre d'un univers dont nous commençons à peine à découvrir la diversité des formes de vie. Cela ne nous dispense pas, en tant qu'êtres intelligents et nés de l'esprit, de participer à cet équilibre, de créer, de développer notre relation à ce vaste champ d'intelligence.

Il ne s'agit pas ici de prétendre fréquenter Dieu plus qu'un autre, ou encore tenter de le faire tenir dans un cadre conceptuel en apparence plus appétissant que celui de nos voisins. Dieu, dans sa grande bienveillance, si vous me permettez de l'exprimer de cette façon, Dieu laisse l'homme s'éveiller à sa véritable nature au gré du cycle des morts et des renaissances.

Vous remarquerez que je pointe du doigt une loi plus qu'une théorie, celle du voyage de l'âme à travers de nombreuses incarnations pour se développer et tendre à la pleine expression de son essence. Au risque de froisser quelques susceptibilités, je dirai que le plan divin est bien conçu contrairement aux apparences et à l'absurdité dans laquelle nous devons parfois avancer courageusement.

Dieu n'est pas du domaine de la pensée mais penser à Dieu dans notre quotidien et lui laisser une place ouvre un espace où une intimité mystérieuse, heureuse, tend à se développer.

Les représentations de l'homme à l'égard de Dieu nous posent aujourd'hui encore de nombreux problèmes de société. Si les différents courants religieux participent à l'éveil spirituel d'un certain nombre de personnes sur la terre, ils sont également l'expression d'une autorité et d'un pouvoir essentiellement autoproclamé.


Il est important de ne pas confondre l'interprétation de l'homme, fut-il érudit et détenteur d'un enseignement utile pour le peuple de la terre, avec l'espace dans lequel une rencontre peut avoir lieu avec cette intelligence supérieure.

Cette expérience n'est pas une chimère car elle a déjà eu lieu, elle a lieu à chaque instant et aura lieu à nouveau tôt au tard. Cela est dans le mouvement naturel de la vie. Nous sommes tous concernés par ces « retrouvailles », il n'y a que le temps et la progression de chacun sur le grand cercle de la vie qui favorisent ou non cette bienheureuse émergence.

Malgré les apparences extérieures et l'intoxication psychique dans laquelle nous devons nous frayer un chemin, nous baignons littéralement dans cette espace « sacré ». La grandeur de cette intelligence de vie nous saute aux yeux chaque jour, elle nourrit notre cœur, malgré nos portes fermées et notre tendance au rejet de ce qui dépasse notre petit monde personnel.

S'agit-il alors de ressentir plutôt que de croire ? S'agit-il de développer certaines attitudes intérieures ainsi que certaines vertus pour espérer accueillir un peu de cette puissance créatrice ?

Faut-il faire afin de se donner bonne conscience ou bien laisser la vie nous montrer le chemin à travers ce que nous vivons chaque jour ? Chacun va cheminant, au gré de sa volonté et de son éveil spirituel...

Puis, il y a les signes, les ressentis, l'intuition, l'expérience, l'union mystique, l'illumination etc... Il y a également ce que la science nous donne aussi à comprendre de ces mystères célestes. Nous sommes comme « des instruments de musique » accordés ou non aux fréquences supérieures. Ainsi, tels des jardiniers, nous travaillons notre terre intérieure et nous rendons fertile notre intelligence en acceptant de remettre en question tout ce qui s'est figé dans notre esprit.

 

 

O.V.



Pour lire la suite de cet article ou voir le contenu réservé aux adhérents, connectez-vous ou devenez adhérent à l'association ici.

Fil de navigation