Parmi les grandes questions existentielles qui nous touchent, celle concernant l’Amour occupe une place essentielle,

amour

pour ne pas dire vitale, dans notre équilibre tout comme dans notre évolution d’être humain.

 

Dans un article consacré à la mer et en lecture dans la rubrique bien-être, j’exprimais le fait que tourner le dos à la mer était un peu comme fermer ses volets par peur du soleil. Il en est de même avec l’amour car celui ou celle qui ferme son cœur à l’amour décide dans le même temps de verrouiller sa « maison » ; se coupant de ses racines, se pochant un œil par peur d’ouvrir les deux.

Il y a dans la compréhension des métaphores une part du grand mystère de la création, donc de l’amour, une invitation au voyage pour l’âme du pèlerin cheminant sur la terre.

Peut-on véritablement définir l’amour ? Il nous appartient de le découvrir… Autant d’humains marchant sur la terre, autant de conceptions de ce qu’est l’amour, autant de voies plus ou moins aimantes pour aller à sa rencontre. En effet, et selon le degré d’éveil de la conscience de chacun l’amour prendra bien des teintes différentes, bien des formes multiples. L’amour est décliné à toutes les saveurs, de la plus subtile à la plus repoussante car nous vivons au sein d’une grande confusion collective.

Le sage amoureux côtoie le passionné d’elle, l’emprisonné affectif fréquente celle dont le cœur a séché au gré des déceptions, l’excité des sens converse avec l’amoureuse de son jardin, etc. Et cela est, à chaque instant, offrant une richesse dans la diversité des expériences et des sensations.

Ces exemples volontairement un brin rieur ne servent qu’à mettre en évidence la réalité. Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé ne serait que pure coïncidence.

L’amour et l’humour sont cousins, n’en doutez point.

Reprenons sérieusement notre voyage. Vous comprenez aisément que l’Amour a différentes « textures », il y a donc bien des façons d’aimer ou de recevoir de l’amour. Ceci étant rappelé, l’amour n’est pas de nature matérielle, il est purement spirituel. Il relève de la dimension spirituelle de l’être humain et cette compréhension est fondamentale pour éviter bien des désillusions. C’est d’ailleurs souvent là que cela se gâte… Évitons toutes les confusions entre le témoignage d’affection, d’amour, exprimé par un acte matériel et ce qu’est l’amour en essence, en réalité.

L’amour qui s’aime lui-même n’est pas de l’amour mais de l’ignorance teintée de narcissisme. Là où l’amour libère et ouvre, la passion trop passionnelle endort l’esprit et l’attachement ronge le cœur.

L’amour suppose un échange, une relation, une rencontre, un espace propice en soi pour l’accueillir et le laisser croître.

Certains enseignements, certaines philosophies expliquent qu’au commencement, à la source des sources, l’amour jaillit. La création serait-elle un acte de pur amour ? Cela est à méditer…

 

Olivier Vinçon



Pour lire la suite de cet article ou voir le contenu réservé aux adhérents, connectez-vous ou devenez adhérent à l'association ici.

 

 

Fil de navigation