Reprenons notre voyage

Fotolia 66922899 XS

 Nous avons pu constater que notre bien-être était en étroite relation avec notre santé et qu’il dépendait également de multiples facteurs que nous allons essayer de mettre en lumière pour le bien du plus grand nombre :

 

Une question de relation :
Il existe naturellement une relation entre notre corps et notre esprit, entre les émotions qui nous traversent et les réactions de notre corps à ces dernières. C’est aussi notre conscience qui joue un rôle fondamental dans les choix que nous effectuons chaque jour pour aller vers telle expérience de bien-être plutôt que telle autre.
Nous pouvons également citer la relation avec le monde extérieur, nos relations aux autres et notre façon plus ou moins harmonieuse d’échanger avec « le vivant » qui nous entoure. Autrement dit : « Bien-être sans conscience n’est que graine du désordre à venir » Qu’on se le dise sans faux-fuyants, si nous n’apprenons pas à développer une relation saine et sereine entre les différentes réalités au sein desquelles nous vivons chaque jour, nous risquons bien de passer notre vie à courir après les récréations de toutes sortes (aussi plaisantes soient-elles).

Le secret d’une saine nourriture :
Tout le monde comprend bien la nécessité de s’alimenter sainement pour maintenir l’équilibre de notre corps. En revanche, d’autres types de « nourritures » plus subtiles, moins visibles, sont agissantes en nous-mêmes. Ceci est une réalité indiscutable, à moins de faire preuve de mauvaise foi. Nous pouvons aussi être ignorants de ce qui se passe en nous-mêmes car cet enseignement n’est pas dispensé au plus grand nombre.
« Nous sommes ce que nous pensons » dit une célèbre citation. Ainsi nos pensées, nos croyances, ce que l’on se raconte chaque jour dans notre tête et dont nous ne sommes qu’à demi conscients, tout cela influence notre état général, donc notre bien-être quotidien !

Il est bien ici question de nourriture intérieure et de notre capacité à veiller à la qualité des pensées que nous émettons chaque jour ; cela concerne aussi les émotions qui nous habitent, les sentiments qui nous traversent. Toutes ces réalités subtiles jouent un rôle essentiel dans l’installation d’un bien-être durable ou non dans notre existence.
Dans un monde qui s’accélère et qui laisse peu de place à l’observation pour apprendre à accueillir ce qui se passe en nous, nous devons redoubler de vigilance quant à la teneur des pensées qui façonnent notre perpétuel discours intérieur. D’ailleurs, cela tient la plupart du temps bien plus du vacarme que d’une symphonie dont la conscience en serait le chef d’orchestre.

Olivier Vinçon



Pour lire la suite de cet article ou voir le contenu réservé aux adhérents, connectez-vous ou devenez adhérent à l'association ici.

Fil de navigation