La mélodie des nombres

la melodie des nombres

A travers les grands cycles de l'évolution cosmique, tels des métronomes reliés à un ordre supérieur, les nombres dévoilent l'harmonie des sphères célestes autant que l'intelligence déployée au sein du vivant. Sans les nombres et leurs multiples applications, point de vie et de compréhension de la vie telle que nous l'appréhendons aujourd'hui dans notre société moderne.

Il faut rendre grâce à l'illustre Pythagore de Samos (-580/-497 av. J.C) initié, visionnaire et esprit de génie, tout aussi capable de démonstration magistrale en mathématiques, en géométrie, en théologie tout comme en politique. Ce grand philosophe, dont le nom signifie étymologiquement   « celui qui est annoncé par la Pythie », laissera beaucoup de mystères planer autour de son école tout en exerçant une influence très importante dans la société grecque de l'époque.

Pythagore disait « tout est nombre », et l'un de ses proches disciples expliquait que « le nombre est l'organe de décision du dieu artisan de l'ordre du monde ». La transmission de ses enseignements se faisait en grande partie oralement, en présence d'un nombre restreint d'élèves, ce qui peut expliquer qu'une partie essentielle de son œuvre ne nous soit pas parvenue par les voies officielles.

Il est juste de dire que les nombres sont partout et qu'ils rythment notre quotidien. Tout comme les couleurs et leur présence dans la constitution même du vivant, les nombres permettent de décliner de nombreuses sciences à travers les mathématiques, la géométrie, la chimie, la physique pour ne citer qu'elles.

Quand Pythagore affirmait que tout était nombre, il pointait du doigt des compréhensions, des connaissances métaphysiques, ésotériques, autant que les nombreuses applications théoriques et pratiques émergeant alors des mathématiques. Ce qui fait ici référence au mot « ésotérisme » renvoie directement à l'étymologie du mot issu du Grec ancien (à l'intérieur, pour les initiés) et ne doit être assimilé ou confondu avec le sens moderne que l'on donne à ce dernier. Il doit simplement être compris « par opposition » au terme « exotérique » (à l'extérieur, accessible au public).

Pythagore, comme de nombreux chercheurs inspirés à travers les siècles mettait déjà en lumière les deux voies d'accès à la connaissance pour l'esprit humain. Certaines disciplines devaient rester inaccessibles au plus grand nombre car elles demandaient un réel travail de préparation intérieure, une solide assise psychologique et spirituelle, une croissance réelle de l'esprit.

O.V



Pour lire la suite de cet article ou voir le contenu réservé aux adhérents, connectez-vous ou devenez adhérent à l'association ici.

Fil de navigation