Un message important

important

Dans une société essentiellement orientée vers la consommation et la recherche de bien-être sous toutes ses formes, il devient ardu de distinguer ce qui pourrait répondre à notre besoin. Constamment sollicités, pour ne pas dire harcelés par la multitude des propositions aussi alléchantes les unes que les autres, choisir une discipline peut rapidement devenir un véritable casse-tête.

Si la diversité des pratiques reste une source de richesse et de découverte, il est essentiel de s'accorder le temps nécessaire avant de s'engager dans l'une des nombreuses voies proposées. Afin de ne pas céder « aux sirènes de la facilité » et compte tenu des nombreuses promesses vendues par d'habiles commerçants, nous devons d'abord procéder à un petit examen personnel.

 

En effet, celui ou celle qui s'apprête « à partir en voyage » a plutôt intérêt à avoir une petite idée de ce qui le motive, de ce qu'il cherche et du chemin qu'il va emprunter. De la saine curiosité qui nous pousse vers telle pratique de développement personnel, telle discipline, aux prises de conscience qui nous orientent vers la nécessité d'un travail sur soi, la palette des possibles est aussi rassurante que source de dispersion.

 

Gardons la métaphore du départ en voyage car elle va nous permettre de mieux saisir pourquoi il est important de se poser les bonnes questions avant de choisir une pratique, une approche qui pourrait nous convenir. Partir à la découverte de notre véritable nature et tenter de mieux comprendre l'origine de notre souffrance ne nous met pas sur la même route que de s'en remettre passivement aux bons soins d'un praticien ou d'une praticienne.

 

Il ne s'agit pas ici d'opposer telle pratique à telle autre car ce serait une impasse intellectuelle et la liberté de choisir doit prévaloir. Choisir oui, mais en connaissance de cause et en notre âme et conscience. Commençons par ce qu'implique un choix réalisé en connaissance de cause.

 

Prenons par exemple une peur récurrente dont nous voulons absolument nous libérer. Nous sommes face à deux choix possibles. Le premier consiste à aller vers des techniques et des pratiques qui me « garantiront » de m'en débarrasser sans que j'ai à faire d'efforts. Le second me demandera d'examiner un peu plus profondément pourquoi cette peur occupe autant mon esprit et me proposera d'y mettre ma conscience pour la dépasser progressivement.

 

D'un côté j'accepte que l'on mette un voile sur ma difficulté tout en espérant qu'il se déchire le moins possible ; d'un autre côté je rassemble ma volonté et je décide d'être partie prenante de cet objectif de libération, de dépassement de cette peur. La démarche n'est pas du tout la même, nous avons tout intérêt à ne jamais oublier que nous possédons bien des ressources innées que nous pouvons mobiliser quand il s'agit de notre équilibre.

 

Pâle reflet d'une société qui compte bien continuer à engourdir nos facultés d'intelligence et d'autodétermination pour nous vendre « du tout prêt à aller mieux et à soulager » sans que nous ayons à bouger le moindre de nos doigts.

 

Sommes-nous consommateurs de pratiques de bien-être et assoiffés de méthodes miraculeuses ou bien véritablement décidés à être l'acteur principal de notre émancipation ? Être ou ne pas être impliqué dans l'enjeu que représente le dépassement de notre problème persistant, telle est la question que nous devons nous poser avant de décider, de trancher.

 

Ainsi, afin d'être vraiment libre de choisir en notre âme et conscience, il faut au préalable s'être interrogé sur la ou les causes qui orientent notre choix. Il est également essentiel d'acquérir une certaine connaissance de ce qui nous est nécessaire, de ce qui est vraiment bon pour nous et peut réellement nous aider, nous éclairer, nous apporter une amélioration de notre état. Nous devons donc d'abord nous interroger sur le bien-fondé ou non de notre démarche.

 

Hiérarchiser nos besoins, comprendre la force de nos désirs car de leur puissance jaillit notre volonté (donc l'action que nous allons entreprendre, le choix que nous nous apprêtons à réaliser). Il y a ces manques qui créent des carences, ces excès qui engendrent des déséquilibres. Prendre le temps d'examiner notre situation à la lumière de notre raison et de notre intuition nous place favorablement sur le chemin qui est le nôtre.

 

Sommes-nous simplement désireux de découvrir une pratique alternative de santé, avons-nous besoin de retrouver une alimentation plus saine, sommes-nous décidés à entreprendre une démarche de fond pour sortir de notre tristesse récurrente ou bien encore, fortement attirés par cette discipline corporelle très en vogue actuellement ? Un peu de tri s'impose dans tout ce qui se bouscule dans notre tête.

 

Du bien-être ressenti lors d'un bon massage au cheminement de l'être qui s'éveille à sa véritable nature, nous sommes poussés par un désir de comprendre et d'expérimenter pour évoluer dans l'existence. Devant la multitude des offres, notre seul rempart est notre capacité à discerner ce dont nous avons réellement besoin et si ce besoin relève d'un simple temps de pause, d'une bonne séance de gymnastique ou bien de la nécessité d'affronter enfin ce qui nous empêche de nous épanouir.

 

Vaste champ au sein duquel la connaissance de soi, les techniques de bien-être et de développement personnel côtoient des disciplines qui ont une vocation essentiellement thérapeutique. Pour mémoire et à des fins de clarté, le terme thérapeutique concerne l'ensemble des actions et des pratiques destinées à guérir, à traiter les maladies (Définition donnée par le Robert dans son édition de 1993).

 

Assez souvent les frontières s'entremêlent voir se juxtaposent, créant parfois de la confusion et de la déception mais permettant aussi certaines complémentarités bénéfiques. Élargir notre connaissance du monde et de ce que nous sommes en tant qu'être humain. Découvrir les moyens dont nous disposons réellement peut nous aider à sortir de bien des conditionnements inhibant notre élan vital. En ce sens, l'éveil de notre esprit est aussi une source de guérison car le plus grand mal « des temps modernes » reste notre ignorance à l'égard des forces agissantes en nous-mêmes et dans notre société. Cet éveil est le chemin de chacun, peu importe les croyances qui nous façonnent et le temps que cela peut prendre.

 

Alors, prêtes et prêts à partir en voyage ? Vous l'aurez compris, quel que soit le choix que vous effectuerez et les disciplines que vous expérimenterez, vous aurez votre part du chemin à accomplir. C'est une réalité car votre épanouissement, votre équilibre, donc votre bien-être dépendent en premier lieu des pensées qui vous habitent, des désirs qui vous nourrissent, des paroles que vous prononcez et de votre façon d'agir à chaque instant. Vous avez la liberté et l'intelligence pour œuvrer en vous-même, le droit d'apprendre à mieux vous connaître, le devoir de prendre soin de vous.

 

Puis, vous rencontrez l'autre, celui ou celle qui vous aidera, qui participera un peu à votre éveil et à votre évolution. Celui ou celle qui mettra ses compétences et son intégrité à votre service.

 

Je vous souhaite le meilleur sur la voie que vous avez choisi d'emprunter

Olivier Vinçon


             

 

 

Fil de navigation